Actualités Kenzaï

La RE 2020 : des maisons plus saines et plus écologiques

Photo deux mains autour d'une maison écologique

L’urgence climatique, la préservation de l’environnement et la salubrité ont pris le pas dans la construction de maisons. Il était grand temps que l’hexagone fasse évoluer la Règlementation thermique 2012, vers la Réglementation environnementale 2020 qui entrera en vigueur au le 1 janvier 2022.

Pour une maison BEPOS (Bâtiment à énergie positive) produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme – on dit oui ! Saviez-vous que le secteur du bâtiment est l’un des plus gros pollueurs dans le monde!

Emissions de composés organiques volatils (COV) et matériaux de construction nocifs pour la santé à l’impact environnemental désastreux, s’en donnent à cœur joie ! Le scandale de l’amiante n’était que la partie visible de l’iceberg !

Quels sont les grands principes de la RE 2020 ? Quelles sont les différences avec la RT 2012 ? Quelles sont les conséquences de cette nouvelle réglementation environnementale ?

RE 2020 : principes de performance énergétique et préservation environnementale

La nouvelle Réglementation environnementale 2020 sera applicable à tout type de bâtiment, de la maison individuelle aux établissements d’accueil de la petite enfance.

Dans la continuité de l’Accord de Paris, la nouvelle législation ambitionne de réduire au maximum l’impact carbone tout en améliorant la performance énergétique du nouveau bâti.

Parce-que créer des bâtiments à énergie positive s’inscrit dans la logique du développent durable ; la RE 2020 appelle à minorer grandement les dépenses énergétiques, inhérentes au fonctionnement d’un bâtiment, de tout type d’installation (chauffage, ventilation, climatisation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage).

La norme RE 2020 s’articule autour de deux axes majeurs : la performance énergétique et la préservation de l’environnement.

Plan maison avec classe de dépense énergétique

RE 2020 et performance énergétique

La performance énergétique de la RE 2020 se traduira par :

  • Une limitation de la consommation d’énergie primaire non renouvelable, c’est-à-dire les énergies brutes, qui n’ont pas encore été transformées telles que les combustibles fossiles - pétrole, gaz, biomasse, etc. Entre dans ce calcul tout ce qui a trait au fonctionnement de l’édifice – chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, mobilité des personnes occupant la structure etc.
  • Isolation thermique des bâtiments :  réduction de l’impact carbone et matériaux biosourcés favorisés.

RE 2020 et préservation de l’environnement

Le respect de la Réglementation environnemental passera par le fait de

  • Recourir à des matériaux de construction écologiques afin de réduire l’impact environnemental du bâtiment. L’indicateur Icconstruction_max évaluera cela en prenant en compte le transport, la mise en œuvre, l’usage et  le cycle de vie des matériaux  de construction déployés sur la construction.
  • Appliquer au maximum les règles de la conception bioclimatique. Une conception qui tient compte de facteurs climatiques et environnementaux, ventilation, orientation de l’espace, dans l’optique de créer une maison confortable et saine - qui ne soit pas un four pendant l’été ni une cave durant l’hiver ! – dont l’impact environnemental est moindre et l’optimisation énergétique maximale .
  • Favoriser la maison positive, celle qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, par l’installation de solutions énergétiques – solaire, vent, etc. – permettant l’autoproduction. Entre ici en jeu, le Bâtiment à énergie positive (BEPOS).

RT2012 et RE2020 : les différences

La maison écologique est au cœur des différentes réglementations sur laquelle la France a légiféré jusqu’alors. Alors qu’avec la RT2012, le Bâtiment basse consommation (BBC) lien était préconisé, désormais l’exécutif plébiscitera davantage le Bâtiment à énergie positive (BEPOS) qui consommera moins d’énergie qu’il n’en produit.

Pour toujours plus d’économies d’énergie et toujours moins d’impact carbone/ environnemental.

Ampoule lumière dans mains de femme en fond

Lorsque le plafond de consommation énergétique sous la Réglementation thermique 2012 ne devait pas dépasser 50 kWh/m²/an, sous la Règlementation environnementale la consommation devra être égale à 0 kWh/m²/an !

Les indices de mesure évoluent avec la réglementation environnementale. C’est le cas du Bbio (Besoin Bioclimatique) qui traduit les besoins de rafraîchissement d’une structure. La RT 2012 ne comptabilisait que les bâtiments disposant d’une climatisation, la RE 2020 retiendra toute structure dans le calcul qu’elle dispose d’une climatisation ou non. Le plafond Bbio_maxmoyen à ne pas dépasser est de 63 points pour les maisons individuelle et de l’ordre de 65 points pour les logements collectifs.

En outre, l’indice sur la Consommation en Energie Primaire (Cep) est complété par le Cep, nr (Consommation en Energie Primaire Non renouvelable), indicateur au sein duquel la mobilité interne des occupants est désormais prise en compte. Par ailleurs, les énergies renouvelables produites et consommées sur la parcelle ne rentrent plus dans le calcul de la consommation des énergies primaires.

L'une des évolutions majeures résident également dans la prise en compte du confort de l’habitat durant la période estivale. L’indicateur Ticref de la RT 2012 disparaît au profit du DH, un indice exprimé en degré et nombre d’heures d’inconfort durant l’été. Conséquence ? Si votre habitat dépasse le DH_maxcat, vous devrez étudier à nouveau sa conception. Voilà pour les différences concernant le volet énergétique.

Développement durable : arbre pousse dans ampoule arrosé par une femme

Du côté de l’empreinte environnementale plusieurs indicateurs font également leur apparition -Icénergie et Icconstruction  , StockC et Icbâtiment - et mesurent notamment la quantité de carbone stockée dans l’édifice, l’impact sur le changement climatique de la consommation d’énergie primaire du bâtiment pendant 50 ans ou bien encore l’impact climatique des composants de la structure : transport, mise en œuvre, maintenance, réparation, gestion de la fin de vie sont pris en considération.

La RE 2020, pour des logements qui consomment toujours moins. La RE 2020 tend au renforcement de la sobriété énergétique, la réduction drastique de l’empreinte environnementale tout en favorisant un meilleur confort en été tout autant qu’en hiver. Une norme environnementale qui se positionne comme véritable plaidoyer des matériaux de construction écologiques, des matériaux plus durables, plus écologiques et recyclables.

Avec l’introduction du calcul de cycle de vie des matériaux de construction, le biosourcé est mis à l’honneur. Ainsi, les matériaux écologiques tels que le liège, le chanvre, le bois, la brique en terre cuite ou bien encore la roche volcanique sont des matériaux naturels plébiscités pour la réalisation d’un bâtiment à énergie positive et à faible empreinte carbone.

La réglementation environnementale autorise le recours aux moyens de chauffage suivants :

  • Energie solaire : au moyen de panneaux photovoltaïques 
  • Bois : chaudière ou poêle à granulés
  • Pompe à chaleur air/eau ou pompe géothermique

Panneau photovoltaïque et tournesol sur le côté

Le nouveau focus sur le confort estival vient renforcer les règles concernant l’isolation des murs par l’extérieur et l’intérieur ; le coefficient R devra être

Ainsi l’isolation écologique et naturelle devrait prendre son essor dans les années à venir. Les matériaux isolants biosourcés – ouate de celluloseisolant en coton et textiles recyclés – disposent d’une résistance plus forte - et plus longue - et n’interfèrent pas sur la qualité de l’air intérieur. Une isolation encore plus efficace pour lutter contre les ponts thermiques et assurer la perméabilité à l’air et à l’eau de l’édifice. La RE 2020 recommande une épaisseur de l’ordre de 300 mm du matériau isolant.

D’une consommation énergétique contrôlée à la production d’énergie il n’y avait qu’un pas. Il vous faudra désormais compter avec la RE 2020 qui devrait nous aider à évoluer dans des espaces plus sains à faible impact environnemental. La transition énergétique monte en puissance pour essayer d’enrayer le dérèglement climatique.

La maison positive, ou BEPOS, vers un avenir plus vert, plus durable, plus écologique. En quoi consiste un bâtiment à énergie positive ? Quels facteurs rencontrer pour prétendre à cette appellation ?

La COP21 pour la neutralité carbone reçut 196 signatures, c’était en 2015…

Fond herbe avec maison écologique et famille

Source : Légifrance - Décret n°2021 - 1004 du 29 juillet 2021