Isolation écologique

Pourquoi recourir à la correction thermique en rénovation écologique?

La correction thermique s’est démocratisée en France à partir des années 90 notamment avec l’utilisation de l’enduit écologique chaux chanvre. Cette approche corrective est une excellente solution lorsqu’il s’agit de restaurer une maison ancienne où les contraintes de l’espace, et de l’agencement, peuvent être assez conséquentes.

Maison entourée d'une écharpe avant correction thermique

Qu’est-ce que la correction thermique ?

La correction thermique est une isolation à l’épaisseur inférieure aux standards requis dans l’isolation thermique. Elle permet de ralentir les transferts des calories et de la vapeur d’eau, de l’intérieur vers l’extérieur tout en préservant le support d’origine.

Tout comme dans l’isolation thermique écologique, la conductivité thermique (λ) ainsi que l’épaisseur du matériau isolant sont déterminantes pour une correction thermique efficace.

De la performance des matériaux d’isolation découle la notion de résistance thermique (R), plus la valeur est élevée et plus l’isolation thermique est efficiente.

En plus d’être sains, et moins énergivores durant leur fabrication, les matériaux écologiques, fibre de bois, liège, laine de mouton, etc., disposent généralement d’un bon R, cela vous garantit des économies d’énergie – électricité et chauffage – à moyen et long terme.

En effet, la résistance thermique exprime la résistance de la paroi à laisser passer les calories. Pour une rénovation écologique, vous pouvez compter sur Kenzaï !

Pourquoi réaliser une correction thermique ?

La correction thermique est souvent, peu ou prou, la seule option lors d’une rénovation écologique dont la résultante sera une amélioration de l’étanchéité à l’air et la réduction de l’effet ‘paroi froide’.

schéma sur les causes de la correction thermique

Cette orientation peut s’expliquer par :

  • Un manque de place, en raison d’un espace réduit ou de pièces de petite taille.

  • Les contraintes liées à l’agencement intérieur, tels que les escaliers, menuiseries ou bien encore les réseaux (tuyaux de chauffage, descente d’eau sanitaire, etc.), des facteurs qui concourent également à l’utilisation de la correction thermique.

  • Un budget serré, en effet l’isolation thermique est coûteuse. 

  • Lorsque vous souhaitez préserver les échanges hygroscopiques des murs (la gestion de l’humidité par les matériaux). C’est exactement ce que fait l’enduit chaux chanvre, la chaux fera office de liant et le chanvre d’isolant. Une paroi qui respire, où la vapeur d’eau est correctement gérée, est source de confort et garantie d’un air intérieur sain.

  • La rapidité et la simplicité de la mise en oeuvre.

    Le but poursuivi étant le confort thermique de votre habitat qui évoluera selon l’hygrométrie (le taux d’humidité) relative de l’air, la température intérieure et celle de vos parois, la convection et la température de votre corps.

    Données chiffrées sur R isolants thermiques

    Les techniques de correction thermique

    L’efficacité d’une isolation thermique est proportionnelle à l’épaisseur mise en oeuvre, plus la couche de matériaux isolants est épaisse et plus l’isolation thermique est forte.

    En correction thermique, il est important de respecter a minima 1/4 des valeurs standard de l’isolation thermique de manière à ce que cette dernière soit efficace. 

    En règle générale, la correction thermique se traduit par un objectif de R égal à 1 , en dessous de ce R vous ne ressentirez pas les effets de la correction thermique; sachant que pour une isolation thermique des murs standard le R est égal à 3.7.

    L’idée sera d’appliquer une épaisseur minimale d’isolant naturel pour une efficacité réellement ressentie.

    exemples d'épaisseurs d'isolants naturels pour correction thermique maison

    En plancher bas, si vous souhaitez isoler un ancien carrelage, il est difficile de déployer une isolation thermique complète. Vous serez confronté à la contrainte des hauteurs de menuiseries notamment, seule la correction thermique est possible. Vous viendrez corriger thermiquement à l’aide de 3-4 cm d’isolant sachant que la résistance thermique standard d’une isolation sol est de 3.

    En toiture, vous viendrez placer 15 cm d’isolant au lieu de 25 cm, par exemple, afin de ménager la hauteur habitable.

    En murs, vous pourrez par exemple utiliser un panneau de liège expansé, avec 4 cm de ce matériau naturel, le R sera équivalent à 1.

    Quels matériaux écologiques pour la correction thermique ?

    Tous les isolants naturels peuvent servir en correction thermique, ces matériaux d’isolation rapportée seront à même de renforcer l’isolation thermique déficiente des parois du bâtiment.

    En correction thermique, vous emploierez une épaisseur d’isolant naturel moindre. La correction thermique du bâtiment peut être réalisée en intérieur ou en extérieur.

    La correction thermique par l’intérieur

    schéma correction thermique intérieure

    Pour la correction thermique par l’intérieur, vous pourrez utiliser ce type de matériaux écologiques :

    • La terre du Royans par Houillères de Cruéjouls, matériau naturel par excellence, ou de la chaux, mélangée avec des agrégats isolants (chanvre, liège, copeaux (ex : sciure de bois, paille, etc.))

    • Le panneau fibre de bois , un matériau bas carbone isolant très plébiscité en construction neuve et dans la rénovation écologique

    • Le panneau isolant Isovegetal composé de coton recyclé et d’un mélange de fibres végétales recyclées comme le lin

    • Panneau d’isolation en liège et fibre expansé comme le panneau isolant Corkcoco qui améliore également considérablement l’isolation phonique

    • Panneau de chanvre ou chènevotte

    Les enduits écologiques peuvent également être qualifiés de correcteur thermique selon leur épaisseur et leur lambda.

    • L’enduit isolant chaux chanvre : la correction thermique sera active à la surface du mur. La chènevotte (le cœur de la plante) est ainsi mélangée à la chaux pour fabriquer un enduit écologique et durable. Il a également pour effet de gommer l’effet paroi froide des murs et retient les calories du logement. La projection mécanique du chanvre permettra de garder la teneur en fibres sur le liant (chaux ou terre) du matériau naturel et d’en diminuer la conductivité thermique, la vitesse de transmission de la chaleur.

    • Les enduits écologiques– du type Diathonite – utilisables en intérieur pour les façades ainsi qu’en extérieur. Plus facile que le chaux chanvre, un séchage rapide et une bonne performance. 2 passes d’enduit (4 cm d’épaisseur) vous octroieront une résistance thermique de 1.

    La correction thermique par l’extérieur

    Schéma matériaux isolants naturels pour correction thermique extérieure

    Si vous optez pour une correction thermique extérieure, Kenzaï peut vous proposer d’opter pour :

    • Le bloc de chanvre, à condition de disposer d’un débord de toit conséquent qui viendra protéger le matériau écologique

    • Un enduit de façade écologique comme le Diathonite, 2 passes de 20 mm pour obtenir un R de 1

    • Un enduit chaux chanvre, au moyen de granules de chènevotte non traités

    La correction thermique s’impose donc comme une alternative à une isolation thermique complète lorsque les contraintes liées à l’habitat sont incontournables.

    Les matériaux d’isolation naturelle sont une excellente option pour qui veut évoluer dans un habitat sain. Alors oui les performances seront un peu moins élevées, au vu de l’épaisseur moindre mise en place, mais ce sera toujours mieux qu’une isolation thermique inexistante ou défaillante !



    Convection = échange de calories au moyen d’un fluide intermédiaire comme l’air ou l’eau (cf : L’isolation écologique, Jean-Pierre Oliva, Ed. terre vivante)