Tout savoir sur l'isolation phonique

Tout savoir sur l'isolation phonique

L'isolation phonique est bien moins connue et bien plus compliquée à appréhender que sa cousine l'isolation thermique.

Essayons d'y voir plus clair et de trouver des solutions !

Les notions essentielles

Le son est une onde qui se propage jusqu’à nos oreilles par l'air. Donc, premier élément indispensable à bien appréhender : le son a BESOIN d'air pour se transporter ! Sans air, pas de son, "personne ne vous entendra crier dans l'espace" nous vantait l'affiche d'Alien il y a bien longtemps !

Lorsqu'on produit un son dans une pièce et que celui-ci est entendu dans la pièce d'à côté, c'est que l'air de la première pièce a vibré, puis fait vibrer la paroi (nous parlons ici de quelques millièmes de millimètre) qui a de nouveau fait vibrer l'air de la pièce secondaire avant de faire vibrer votre tympan (pour faire simple).

Donc déjà, 2 choses à retenir:

-  Moins l'air passe, moins le son passe

-  Et moins une paroi "vibre" et moins le son se propagera.

Pour avoir une  bonne isolation entre 2 pièces ou avec l'extérieur, il faut donc une paroi étanche à l'air et "lourde"(qui ne vibre pas), nous y reviendrons.

 

Les unités de mesure et la mesure du son

Un vrai casse-tête !

Sans rentrer dans des détails trop compliqués, la mesure du son (de "l'intensité" d'un son) se fait en décibel, dB.

Mais la plage de fréquence d'onde qui concerne le "son" est très vaste, l'oreille humaine ne percevant pas tous les sons possibles (ultrason,  infrason) on mesure alors les sons audibles par l'oreille humaine en dB(a).

2.jpg

De plus, la mesure du son n'est pas linéaire mais logarithmique. Traduction ?

80 dB + 80 dB = … 83 dB !

En plus clair, les sons ne s'additionnent pas comme on additionne des poids. Si un train passe devant vous et génère un bruit de 80 dB et si un deuxième train passe en même temps et génère les mêmes 80 dB de bruit, il y a "2 fois plus de bruit"… mais l'intensité du son n'est "que" de 83 dB ! Le son n'est pas 2 fois "plus fort".

Pour que le son nous paraisse 2 fois plus fort, il faut qu'il augmente de 10 dB ! ...et cela représente 7 à 8 trains "en plus". Et pour finir, les sons "s'ajoutent" les uns aux autres lorsqu'ils sont assez proches les uns des autres en termes de puissance. 2 sons trop éloignés en termes de "puissance " ne s'additionnent pas, le gros son masque le petit !

Ce qu'il faut retenir de cela, c'est que c'est compliqué de mesurer le son et c'est encore plus compliqué de mesurer l'efficacité d'abaissement du son !

Pour ne pas alourdir le sujet nous ne rentrerons donc pas dans le détail des différentes unités d'affaiblissement acoustique : au diable les Rw, ∆R c.tr, ∆L n,w. ou α , nous allons nous concentrer sur les grands principes qui permettent de s'isoler phoniquement des bruits indésirables.

Vous pouvez retenir que si l'isolation phonique créée permet une réduction de 30 dB par exemple, cela nous fait passer d'une ambiance sonore très dérangeante à une ambiance très calme. 30 dB (ou plus) est donc un affaiblissement acoustique important.

Dernier point néanmoins à savoir, contrairement à l'isolation thermique, ou la paroi que l'on va créer aura toujours la même efficacité thermique quel que soit le support, en acoustique c'est diffèrent. Une paroi créée aura un comportement différent suivant le son dont on souhaite se protéger (voix humaine, bruit de route, etc..) et suivant la paroi d'origine ! Un vrai casse-tête on vous dit!

Pour avoir les renseignements les plus pertinents suivant votre "problème" et votre paroi, rapprochez-vous de vos conseillers Kenzaï, ils sauront vous conseiller au mieux.

Les solutions !

Première étape, avant de vouloir vous isolez du "problème"... il vous faut trouver le problème ! Le son se propage dans l'air, certes, mais il fait aussi vibrer les parois … et quelles parois vibrent chez vous ? Car un son peut passer par le chemin le plus "logique", la paroi verticale vous séparant de vos voisins, mais aussi, et en même temps, par le plancher et le plafond ! Si vous isolez "que" la paroi verticale, vous n'aurez réglé qu'une partie du problème !

Il faut aussi savoir de quels bruits vous voulez-vous préserver ? On parle de bruit aérien quand ce sont des bruits qui sont émis plutôt dans l'air : voix, bruit de moteur, de télévision, etc... De bruit solidiens ou de structure quand ce sont plutôt des bruits d'impacts ou de vibrations : perceuse contre un mur, bruit de pas, vibration de machine à laver. Enfin on parle de correction acoustique lorsque le problème vient de la résonnance dans la pièce.

Alors comment se protéger ?

Déjà, être étanche à l'air, pas d'air qui passe = pas de son "direct" qui passe, donc il faut une paroi étanche à l'air.

Ensuite, comme nous l'avons vu, les bruits se propagent par les parois qui vibrent. Pour limiter cette vibration, plus la paroi sera "lourde et massive " et moins le bruit se propagera !

La loi de "masse uniformément repartie" est donc à retenir, une paroi lourde laisse moins diffuser le son.

Il existe néanmoins un mécanisme encore plus efficace que la simple loi de masse, car il n'est pas toujours évident de construire un mur en pierre dans son appartement, c'est la loi de masse-ressort-masse.

En illustration, c'est plus simple:

7.jpg 

En choisissant au mieux les éléments constituant la masse et le ressort, nous pouvons faire des miracles !

Enfin, le ressort dans la loi masse-ressort-mase permet "d'aborder" une partie de l'onde comme vos amortisseurs de voiture absorbent les vibrations du sol. Plus on dissocie les éléments entre eux avec des éléments ressorts et moins le son se propagera. Les matériaux ou éléments qui se comportent comme des ressorts sont dit résilients.

Donc les 3 principes à retenir et à appliquer sont :

  • Paroi ou doublage étanche à l'air
  • Paroi ou doublage "lourd" ou respectant la loi masse-ressort-masse
  • Et matériaux résilients entre chaque élément de structure pour absorber les vibrations et les sons.

En mettant en œuvre du mieux que possible ces 3 stratégies, vous arriverez à vous protéger au mieux des bruits parasites.

Comment se protéger des bruits aériens ?

Les 3 cas les plus courants sont : bruit extérieur à l'habitat (dehors ou chez le voisin), bruit entre pièce et bruit du voisin du dessus.

Commençons par les bruits extérieurs
Dans ce cas, il est difficile de "tomber" la paroi pour en reconstruire une autre, il faut donc doubler la paroi existante. Solution efficace et classique dans sa réalisation :

Il s'agit de réaliser un doublage dissocié du mur avec une ossature métallique, elle-même posée sur des matériaux résilients avec un isolant phonique entre ossature et une finition en plaque de plâtre. L'ensemble sera posé étanche à l'air.

1) Réalisez "classiquement" une ossature métallique en rail et montant. Attention celle-ci ne doit pas être en contact du mur à doubler, laisser un espace d'air. Vous pouvez aussi réaliser cette ossature en bois mais le résultat sera un peu moins bon.

2) Posez l'ossature sur une bande résiliente : caoutchouc, liège ou fibre de bois.

3) Incorporez dans l'ossature un isolant flexible
thermique et phonique, le panneau Metisse 50 mm et le Biofib'ouate en 45 mm ont été développés pour l'isolant phonique, ce sont les matériaux à privilégier. La laine de bois en 40 mm peut convenir aussi.

4) Enfin vous pouvez poser la finition: au plus
simple/moins cher: une plaque de plâtre  ou GyspoLignium, plus efficace: une plaque de Fermacell de 12.5 mm, encore plus efficace, les panneaux Acoustix panterre+Fermacell, et enfin, si possible une double-peau Fermacell: 2 x 12.5 mm  posées en décalé sur l'ossature.

5) Dans tous les cas, les panneaux de finition ne seront pas en contact ni avec les murs adjacents, ni avec le sol et le plafond. Et cette surface sera rendue étanche à l'air, soit en posant un joint périphérique au moment de la pose des panneaux, soit en réalisant, après coup, et après dépoussiérage, une étanchéité au mastic. Si des appareillages électriques doivent être positionnés dans la finition, ils le seront avec des boitiers étanches à l'air.

6) Il ne reste plus qu'à réaliser une finition en peinture ou enduit.

À noter que si votre doublage donne sur l'extérieur, il faut prévoir la mise en place d'un pare-vapeur entre l'ossature métallique et la plaque de finition intérieure.

 

Pour la réalisation de cloison de séparation

Le principe est assez simple et assez similaire à celui vu précédemment.

Il s'agit de réaliser une cloison avec une ossature métallique, elle-même posée sur des matériaux résilients avec un isolant phonique entre ossature et une finition en plaque de plâtre de chaque côté. L'ensemble sera posé étanche à l'air.

1) Réalisez "classiquement" une ossature métallique en rail et montant. Vous pouvez aussi réaliser cette ossature en bois mais le résultat sera un peu moins bon.

2) Posez l'ossature sur une bande résiliente: caoutchouc, liège ou fibre de bois.

3) Incorporez dans l'ossature un isolant flexible thermique et phonique, le panneau Metisse 50 mm et le Biofib'ouate en 45 mm ont été développés pour l'isolant phonique, ce sont des matériaux à privilégier. La laine de bois en 40 mm peut convenir aussi.

4) Enfin vous pouvez poser la finition: au plus simple/moins cher : une plaque de plâtre ou GyspoLignium, plus efficace : une plaque de Fermacell de 12.5 mm, encore plus efficace, les panneaux Acoustix panterre+Fermacell, et enfin, si possible une double-peau Fermacell: 2 x 12.5 mm  posées en décalé sur l'ossature.

5) Dans tous les cas, les panneaux de finition ne seront pas en contact ni avec les murs adjacents, ni avec le sol et le plafond. Et cette surface sera rendue étanche à l'air, soit en posant un joint périphérique au moment de la pose des panneaux, soit en réalisant, après coup, et après dépoussiérage, une étanchéité au mastic. Si des appareillages électriques doivent être positionnés dans la finition, ils le seront avec des boitiers étanches à l'air.

6) Il ne reste plus qu'à réaliser une finition en peinture ou enduit.

Une variante de cette cloison existe avec une double ossature dissociée. Il s'agit de réaliser la même chose que ci-dessus mais avec 2 ossatures qui ne seront pas en contact espacées l'une de l'autre d'un léger vide d'air.

 

 

Pour se protéger des bruits du voisin du dessus :

1-CA)  Fixez sur votre plafond des cavaliers anti-vibratiles, à l'aide de vis pour un solivage bois ou de tige filetée pour plafond béton. Mettez ensuite l'ossature de fourrure en place.

2) Suivant l'espace laissé à l'étape précédente, incorporez dans l'ossature un isolant flexible phonique : le panneau Metisse 50 mm et le Biofib'ouate en 45 mm. Ils ont été développés pour l'isolant phonique, ce sont des matériaux à privilégier. La laine de bois en 40 mm peut convenir aussi.

3 ) Pour la finition: au plus simple/moins cher: une plaque de plâtre, du GyspoLignium, encore plus efficace une plaque de Fermacell de 12.5 mm, encore plus efficace, les panneaux Acoustix panterre+Fermacell, et enfin, si possible une double-peau Fermacel: 2 x 12.5 mm posées en décalé sur l'ossature. Attention de bien vérifier la possibilité de votre plafond et de l'ossature créée à supporter cette nouvelle charge importante !

4) Dans tous les cas, les panneaux de finition ne seront pas en contact ni avec les murs adjacents, ni avec le sol et le plafond. Et cette surface sera rendue étanché à l'air, soit en posant un joint périphérique au moment de la pose des panneaux, soit en réalisant, après coup, et après dépoussiérage, une étanchéité au mastic. Si des appareillages électriques doivent être positionnés dans la finition, ils le seront avec des boitiers étanches à l'air.

5) Il ne reste plus qu'à réaliser une finition en peinture.

 Une variante consiste à réaliser "un doublage au plafond". Il s'agit de faire comme le doublage de mur vu précédemment, mais "au plafond". Cette solution est cependant limitée à des portées peu importantes (< 3m). Attention de bien vérifier la possibilité de votre ossature à supporter la charge importante !

Toutes les solutions vues précédemment respectent le principe de masse-ressort-masse, de dissociation des éléments et d'étanchéité à l'air.

Comment se protéger des bruits solidiens ?

Il s'agit ici principalement de se protéger des bruits de pas ou de vibrations se propageant d'un étage à l'autre. Si on intervient par "dessous", il faut réaliser les montages vus à l'étape précédente. Si on intervient par "dessus", la solution va dépendre du type de finition choisie.

Si votre finition est du carrelage.

Sur votre plancher existant, vous allez poser des plaques de sol Fermacell avec une souche couche résiliente en fibre de bois. Vous trouverez ici le mode d'emploi de pose. Par-dessus, 2 choix : soit coller directement votre carrelage, soit incorporer de nouveau une sous couche résiliente en liège/caoutchouc collée sur les 2 faces.

Pour une efficacité en plus au bruit aérien, vous pouvez disposer avant les plaques de sol Fermacell du système de "masse uniformément repartie" Fermacell. Il s'agit de plaques en forme de nid d'abeille à remplir avec une masse inerte, c'est absolument efficace contre les bruits aériens, mais ATTENTION à la surcharge. Attention de bien vérifier la capacité de votre sol  à supporter la charge importante !

Si votre finition est un parquet flottant:

Au plus simple, positionner une sous couche phonique résiliente sous votre parquet flottant, au choix suivant vote affinité avec le matériau et votre espace disponible: rouleau de liège ou panneau de fibre de bois de faible épaisseur. Si vous savez plus de place, des panneaux de fibre de bois de moyenne ou forte épaisseur.
Si vous avez la possibilité, vous pouvez aussi mettre en œuvre le système nid d'abeille Fermacell vu précédemment. Attention de bien vérifier la capacité de votre sol  à supporter la charge importante !

Enfin si votre finition est en parquet massif à clouer:

Vous utiliserez le système "fibre de bois / lambourde " destiné spécifiquement à cet usage. Là aussi, si vous avez la possibilité, vous pouvez aussi mettre en œuvre le système nid d'abeille Fermacell vu précédemment. Attention de bien vérifier la capacité de votre sol à supporter la charge importante !

Pour modifier l'acoustique d'une pièce.

Enfin, si votre problème est que l'acoustique de votre pièce est mauvaise: écho, sentiment de brouhaha, etc.

Vous pouvez agir sur cela en modifiant l'aspect de vos finitions. Plus vos finitions seront texturée et meilleur sera l'acoustique donc au choix: enduit de finition à la chaux, plus ou moins fin, enduit à la terre ou finition avec de la pâte à papier. Retrouvez le confort d'une pièce calme !

Nous avons passé en revue les principales solutions pour améliorer le confort phonique de votre habitat avec des matériaux écologiques.

Il ne reste plus qu'à prendre contact avec vos conseillers Kenzaï pour demander un devis et vous retrousser les manches pour commencer le travail !

Bon chantier à vous !

Les informations données ici le sont à titre informatif et ne seraient engager en rien la responsabilité de l'auteur ou de Kenzaï. Vous êtes responsables des travaux que vous réalisez et faites appel à un professionnel en cas de doute.

 

Source des photos : Isover, Acoustix, Fermacell, Steico, Pavatherm , Amorim, Placo, "Le guide de l'isolation phonique écologique"-Terre Vivante.